1 - Richard WILLCOX & Jacques-André ROUYERE [1]

WILLCOX (WILCOX) and ROUYERE (ROUYERES, ROYERES, ROYER) lived in the Forges de Laclereau (Laclaireau, La-Claireau); WILLCOX was chimiste-mécanicien at the Forges and ROUYER was the maître des forges.

WILLCOX was of English origin (see below) while ROUYERE was a local engineer, married to Jeanne Louise MORIN.

The Forges de Laclereau were situated close to Ethe/Virton in the extreme southern corner of Belgium, close to the French border.

The factories of the Forges burnt down in April 1794 but were quickly reconstructed before losing importance with the fall of Napoleon in 1814. All activities stopped in 1822. [2]

On 13 April 1812 WILLCOX and ROUYERE filed a patent application [3] for an invention entitled:

Creuset et procédés propres à accélérer l'affinage et la réduction de la fonte en fer

The application consisted of a description of 24 handwritten pages and one drawing. 

ROUYERE, who drafted the application, explained:

Jusqu'alors, et dans tout l’Empire, comme dans les pays étrangers, la réduction de la fonte en fer et la fabrication de ce métal avec le charbon de bois, s’opèrent à l’air libre et à creuset ouvert sous une cheminée qui laisse libre cours à l'échappement de la chaleur, laquelle se perd sans aucun profit pour le maître de forges, ni d'utilité pour l'art de la fabrication du fer. Les fers destinés à être chauffés pour recevoir leur dernière fabrication entrent froids dans le foyer de même que la gueuse ou fonte à affiner à chaque période d'affinage; de sorte qu'il y a défaut d'accélération dans le travail et consommation trop grande de combustible, en raison du temps qu'il faut pour mettre la fonte en fusion et la préparer à être travaillée. 

Ces observations nous ont conduits à supprimer pour ainsi dire les cheminées de forge et placer des réverbères au-dessus de creusets pour y recueillir et concentrer autant que possible toute la chaleur, afin de la faire servir entièrement à l'accélération du travail et d'obtenir une grande économie relative de combustible; tel est donc le principe sur lequel les soussignés appuient leur demande d'un brevet d'invention.

Although there was no formal examination procedure foreseen by the 1791 Law, it was possible for a Comité consultatif, attached to the Ministère de la Manufacture et du Commerce, to express its views on a patent application.

In this case, the Comité wrote:

le Comité est d'avis que la demande des pétitionnaires soit accueillie.

Nota: le Comité a remarqué que l'un des auteurs, Monsieur Willcox est le même artiste anglais que S.E. le Ministre de la Guerre a autorisé à se livrer à divers travaux d'industrie dans plusieurs de nos départements, et qu'il justifie chaque jour la bonne opinion que S.E. le Ministre de l’Intérieur en avait conçue d'après le rapport de son Bureau consultatif.

WILLCOX was thus an English engineer working, at least up to the fall of the Empire in 1814, for the French authorities. In 1815 and 1816, he was residing in Paris, where he co-authored two patent applications (see below). 

The patent literature shows that an inventor by the name of Richard WILLCOX, resident of Bristol, had obtained in 1801/1802 two patents in England. 

Although there is no direct evidence that this was the same WILLCOX who filed the first “Luxembourgish” patent application in 1812, this is likely, however, given the concordance of the technical fields of the invention made by WILLCOX in 1812 and the other (earlier and subsequent) inventions made by WILLCOX.

  • 1801: Improvements upon the fire and steam engine and furnace [3]
  • 1802: Improvements on steam engines, and on the boilers and airpumps [4]
  • 1812: Creuset et procédés propres à accélérer l'affinage et la réduction de la fonte en fer [5]
  • 1815: Pompe à feu à compression d'air, applicable à la mécanique en usage pour nettoyer le fond des rivières, et à un bateau pour le faire naviguer contre le courant [6]
  • 1816: Appareils, ustensiles et procédés propres à l'extraction du gaz hydrogène carboné des matières qui le contiennent, et au chauffage et éclairage par le moyen de ce gaz [7]

A search in the genealogical field for a “Luxembourgish immigrant” by the name of Richard WILLCOX has, thus far, not been successful. 

The only reference to co-inventor Jacques-André ROUYER that could be found is, possibly, a person by the name of J. ROYERES, resident in Laclereau in 1819. This individual was appointed member of the Commission de l’Agriculture in the Royaume des Pays-Bas, as representative for the Province de Luxembourg


__________________________________

[1] FamilySearch database

[2] Castle of Laclaireau 

[3] FR patent, cote 1BA680

[4] GB patent No 261/1801

[5] GB patent No 2,574/1802

[6] FR patent, cote 1BA874

[7] FR patent, cote 1BA911

(02/02/2021)



(Source: archives de l’Institut national de la propriété industrielle)

Next