26 - Jean Joseph Étienne LENOIR (14) (1822 - 1900) [1][2]

‍  Système de générateur-moteur atmosphérique


Basic patent

French patent           59526

Application date:     25  July 1863

Grant date:              28 August 1963


Mon invention est caractérisée par une disposition de générateur et moteur caloriques à vapeur naissante, fonctionnant sous la pression atmosphérique et employant presque tout le calorique.

La vapeur naissante qui se produit dans le générateur, sous l'action d'un foyer quelconque, se mélange avec l'air chaud qui provient de ce foyer, puis elle est envoyée dans le cylindre moteur, elle se condense immédiatement au contact de l’eau renfermée dans l'enveloppe de ce cylindre. On peut aussi laisser tomber un peu d'eau pour accélérer la condensation, dans le cas où l'on voudrait marcher un peu vite. 

Le vide se produit aussitôt dans la partie du cylindre qui avait reçu le mélange, et la pression atmosphérique agit sur l'autre face du piston qu'elle met en mouvement; le tiroir distribue alternativement la vapeur et l'air chaud du côté du piston comme dans les machines ordinaires. Le moteur absorbe de cette façon la vapeur naissante et l'air chaud au fur et à mesure de leur production; l'eau nécessaire à la formation de la vapeur est introduite dans un récipient qui communique avec le générateur, le niveau est maintenu constamment au même degré au moyen d'un tube qui n'alimente que lorsque le niveau baisse.

(Source: archives de l’Institut national de la propriété industrielle)



First addition

Application date:      25 July 1864

Grant date:               12 September 1864


Les nombreuses expériences que j'ai faites pour constater la valeur pratique du système de générateur-moteur atmosphérique décrit dans ma demande primitive, m'ont démontré que ce système pouvait être perfectionné dans quelques unes de ses parties sans que le principe on soit en rien altéré. 

Ainsi, par exemple, la condensation qui s’opérait dans le cylindre-même refroidissait trop les parois, la vapeur naissante mélangée ou non à l'air chaud, en arrivant au cylindre se condensait immédiatement ce qui amenait une déperdition de force. 

Pour obvier à cet inconvénient, j’opère maintenant le vide dans le cylindre en employant un condenseur ou un contracteur qui condense la vapeur et contracte l’air, je puis alors supprimer l'enveloppe remplie d'eau et marcher au besoin à une plus grande vitesse.

Comme on le verra ci-après, c'est toujours la vapeur à l’état naissant que je mélange ou non à l'air chaud pour l'envoyer au cylindre, cette vapeur qui pousse sur le piston comme le ferait la pression atmosphérique, puisque le vide existe de l'autre côté, est ensuite mise en communication avec l'appareil contracteur-condenseur pour que le vide se produise de ce côté du piston.

(Source: archives de l’Institut national de la propriété industrielle)

_______________________________________

[1] FamilySearch database (KC86-FJP)

[2] Wikipedia

(07/12/2021)