127 - Jean Chrétien Nicolas PFEIFFER (1828 - ) [1]

‍ PFEIFFER was born in 1828 in Clausen, as son of a tailleur d’habits.

In 1852, when he married Susanna KOHN, his occupation was Handschuhschneider. His father Johann had become in the meantime Briefträger.

The couple PFEIFFER-KOHN settled in Clausen and had a total of 12 children. In 1855, when their third child was born, PFEIFFER had converted to Briefträger, following in the steps of his father.

In March 1869, when child No 11 was born, PFEIFFER was back in the profession of Handschuhschneider and had moved from Clausen to live in Bonnevoie where he worked for the glove factory Auguste Charles & Cie (who had taken over the Manufacture de gants Lippmann in 1861).

On 5 August 1871 PFEIFFER filed in his own name, as chef d’atelier, a patent application with the title of:

Nouveau système de gants en peau dit “Victoria & Josephine”

The experts appointed by the Chambre de commerce (DENY and GEHLEN) issued the following opinion (drafted by DENY):

La Chambre de commerce dans sa séance du 7 ct, ayant nommé Monsieur M. Gehlen, fabricant de gants, et Noppeney, rentier, ce dernier remplacé sur sa demande par le sieur M. Deny, fabricant de tricots, experts, afin de se prononcer sur la demande en obtention d'un brevet pour une nouvelle coupe de gants dite “Victoria et Joséphine” au profit du sieur J. Ch. N. Pfeiffer.

Les soussignés ont l'honneur de faire l'exposé suivant: 

La coupe de gants en question présente beaucoup d'analogie avec la coupe “Palmyre”, pour laquelle le Gouvernement grand-ducal a accordé un brevet au sieur Gabriel Mayer [2], fabricant de gants de cette ville, sous la date du 10 mars 1870, sauf, que la coupe Victoria présente une languette inhérente à l’index et qui, à la couture, fait partie du pouce. Par suite de cette disposition, une couture partant du sommet de l'index jusqu'au sommet du pouce est indispensable, ce qui rend le gant excessivement disgracieux. En outre cette disposition ne laisse pas au pouce la libre allure et le tient, au contraire, dans une position forcée. 

La coupe Palmyre brevetée, de laquelle se trouve un gant joint aux pièces, présente tous les avantages que la demande cherche à faire valoir; les experts sont d'avis, qu'il n'y a pas lieu d'accorder le brevet demandé. [3]

The Chambre de commerce accordingly wrote to the Government:

Par dépêche du 8 août dernier … vous avez bien voulu nous transmettre, afin d’avis, un paquet contenant une demande du sieur J. Ch. N. PFEIFFER, chef d'atelier d'une fabrique de gants, …

Nous avons l'honneur de vous retourner ces pièces et d'y joindre le rapport des experts M.M. M. Deny et J. Gehlen que nous avions chargés d'examiner le mérite de cette invention. Le rapport conclut qu'il n'y a pas lieu d'accorder ce brevet par le motif que la coupe de ces gants s’écarte très peu d'un autre système de coupe déjà breveté dans le Grand-Duché et présente des inconvénients. 

Notre collège appuie cette conclusion.

The Government in turn issued a decision of rejection to PFEIFFER via the Commissaire de district:

Le sieur PFEIFFER, contre-maître à la fabrique de gants Aug. Charles à Bonnevoie a fait une demande tendant à lui faire obtenir un brevet d'invention de cinq ans pour un nouveau système de gants de peau dite “Victoria & Josephine”. 

Les experts commis par la Chambre de commerce pour donner leur avis sur cette demande ayant conclu au rejet par le constat que la coupe de gant dont il s'agit s'écarte très peu d'un autre système de coupe déjà breveté dans le Grand-Duché et présente des inconvénients, je me vois dans l'impossibilité de pouvoir donner suite à la demande dont il s'agit. 

Veuillez en informer le pétitionnaire et lui remettre en même temps le paquet ci-joint contenant les dessins et description qu'il avait produits à l'appui de sa demande.

As a result of the rejection of the application no description of the invention has been preserved in the administrative file other than a sample of the glove « Palmyre » invented by Charles’ competitor Mayer, for which PFEIFFER was proposing an alternative.

_________________________________________

[1] FamilySearch database

[2] see No 118

[3] It would appear that a majority of the Chambre de commerce was still favorable to Gabriel Mayer and had not forgotten the political manoeuvre when the Government decided in favour of Charles vs Mayer, contrary to its recommendation (see No 120).

(19/02/2021)